Décembre 1791, Mozart compose le Requiem. Au Lacrymosa (n*8), il murmure la mélodie : « Lacrymosa dies illa », jour de larmes que ce jour -là. Soudain, il s’arrête, étouffé de sanglots.

« Mozart dictant les notes du Requiem à son rival Salieri »
Extrait d’Amadeus de Milos Forman

Pour qui sont ses larmes ?

a) Pour sa fille Thérèse morte en bas âge.

b) Pour la défunte épouse du comte Walsegg, riche mélomane viennois, commanditaire du Requiem.

c) Pour lui-même, qui sent venir sa dernière heure.

Réponse à Villeparisis le 27 septembre

Lacrymosa extrait du Requiem